Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

L'agenda de la Côte-dor avec Foxoo
foxoo    twicards   guide_twitter   tendances   revue_de_presse   top_vidéos    rdv_médias
FranceCôte-dor  J'annonce 
Vos évènements relayés sur Twitter !  Mode d'emploi

Votre proposition de


Copiez-collez ci-dessous le code du lecteur exportable d'un site de partage vidéo comme Youtube, Dailymotion,etc ...

Vous pouvez ajouter un texte d'explication avant ou après le code du lecteur vidéo, ou un lien vers votre site web.

Code antispam : 7767 > Recopier le code à 4 chiffres >>>



 
Cet évènement est passé.  Ne manquez pas le prochain !
Foxoo vous informe dès l'annonce des prochains évènements sur le même thème ou se tenant au même endroit. Inscrivez-vous, c'est gratuit et révocable à tout moment.

> Inscrire une alerte

Evènement passé.

Du 19 au 21 avril 2017 à Dijon.

EN PARTENARIAT AVEC ITINERAIRES SINGULIERS

Une femme à l’écoute d’humanités fragiles. Des gens qui un jour, un temps, ont résidé à La Chartreuse. Ces patients aux itinéraires singuliers sont les héros de ce poème. Qu’est-ce qui les fait vivre ? Ou peut-être re-naître ? Durant plusieurs mois, l’auteure et comédienne Laurence Vielle a écouté les patients à la cafétéria de l’hôpital psychiatrique de Dijon. Elle y a récolté des paroles, tandis que le compositeur Bertrand Binet en saisissait les rythmes, les intensités, et la peintre Eva Grüber-Lloret les traits de ceux qui posent leurs mots. Avec pour matière première ces voix délivrant des récits inouïs, elle constitue une partition polyphonique scandée, chantée, criée. Il y a de la splendeur, de la douleur et de la joie emmêlées. Chez cet homme qui tombe tous les dix pas, chez cette femme qui penche, penche, toujours du côté droit. Comment ça se passe quand on tangue tellement qu’on tombe ? Reconnue en 2016 Poète Nationale en son pays la Belgique, Laurence Vielle est une glaneuse des mots vrais et des voix du peuple. Sur scène avec ses deux compagnons, elle malaxe le langage et sa texture, comme on triture la vie et ses aspérités. Les visages peints et projetés en direct nous dévisagent. « _Ceux qui se prennent pour des oiseaux, on les encage _» entend-on. Ecoutons leurs chants et rions car on sait bien qu’on est tous des oiseaux.
Enregistrement : 0380301212, http://www.tdb-cdn.com/re-ne-qu-est-ce-qui-te-fait-vivre

salle jacques fornier

30, rue d'Ahuy, dijon