Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Ce que je reproche le plus à l'architecture française, c'est son manque de tendresse 2018 à Dijon - Cote-dor / Foxoo
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus FERMER
Actualité locale | Actualité nationale | Annoncer un évènement
#f
FranceCôte-dor  Annoncez vos évènements 
Vos évènements relayés sur Twitter !  
Partagez  Facebook Google LinkedIn StumbleUpon StumbleUpon Email
Publié le 14/05/18 | Vues : 0


Ce que je reproche le plus à l'architecture française, c'est son manque de tendresse 2018 à Dijon / Cote-dor

Du 27 au 29 mai 2018 à Dijon.

Dans le cadre du festival  Théâtre en mai

Où ont-ils bien pu loger la tendresse, dans les grands ensembles ? Par-delà les tours, barres et cubes, de quoi sont faits ces quartiers qu'on dit sensibles ? Nées Zones Urbaines Prioritaires après la Seconde Guerre mondiale, dans l'urgence de reloger et d'offrir à tous le tout-confort moderne, ces Zones sont aujourd'hui à Sécuriser en Priorité. Trois jeunes gens tentent de comprendre les utopies qui ont fait naître ces cités et les principes qui ont construit ces logements collectifs. Et, si aucun d'eux n'y a vécu, ils vont à la rencontre de leurs habitants. Pour revisiter leurs imaginaires et préjugés, alimentés par les images médiatiques : insécurité, pauvreté et délabrement. Alors, prenons La Grande Borne à Grigny dans l'Essonne, dessinée par Emile Aillaud, celui-là même qui a prononcé la phrase-titre : qu'y voit-on ? Sous la direction de David Farjon, la compagnie Légendes Urbaines interroge les récits périphériques de notre société depuis ses propres représentations et investigations. Les trois acteurs-chercheurs-explorateurs se font ainsi architectes, historiens et habitants d'une maquette modulable, élaborant indéfiniment le dédale humain, social, politique et poétique qui fonde la cité.

d'infos : http://www.tdb-cdn.com/ce-que-je-reproche-le-plus-resolument-a-l-architecture-francaise-c-est-son-manque-de-tendresse http://www.tdb-cdn.com/ce-que-je-reproche-le-plus-resolument-a-l-architecture-francaise-c-est-son-manque-de-tendresse)

Trailer :

https://www.youtube.com/watch?v=6cHBl4PUZKU&list=PL3rY1SzlDlGLUEyjna6Ylee0jfwWv0RyS&index=4 https://www.youtube.com/watch?v=6cHBl4PUZKU&list=PL3rY1SzlDlGLUEyjna6Ylee0jfwWv0RyS&index=4)
Enregistrement : 0380301212

Le Consortium

37 Rue Longvic, DIJON 21000





Ce que je reproche le plus à l'architecture française, c'est son manque de tendresse 2018 à Dijon  - 37 Rue Longvic, DIJON 21000


Jay DeFeo / Rebecca Warren / Matthew Lutz-Kinoy / Pierre Keller. Du 3 février au 20 mai 2018 à Dijon. 14H00



CALOGERO, Musique/Concert. Du 24 au 25 mai 2018 à DIJON.


MAGIC SYSTEM, Musique/Concert. Le samedi 26 mai 2018 à DIJON.


En Route-Kaddish, compagnie Lieux-Dits / Texte David Geselson /Mise en scène David Geselson, Élios N. Du 26 au 27 mai 2018 à Dijon.


PYGMALION, Musique Classique / Danse. Du 23 au 27 mai 2018 à DIJON.


Fkrzictions - La Pièce, l’iMaGiNaRiuM / Spectacle librement adapté de Sigismund Krzyzanowski (novell. Du 26 au 28 mai 2018 à Dijon.


La Bible, vaste entreprise de colonisation d'une planète habitable. Du 26 au 28 mai 2018 à Dijon.


Soubresaut, théâtre du Radeau / Mise en scène François Tanguy. Du 25 au 29 mai 2018 à Dijon.


Mille francs de récompense, compagnie El Ajouad / Texte Victor Hugo / Mise en scène Kheireddine Lard. Du 27 au 29 mai 2018 à Dijon.